Alerte
0/ 0

Utilisation des cookies

Ce site peut-être amené à consulter les cookies stockés sur votre terminal pour améliorer votre expérience utilisateur.
En poursuivant votre navigation sans modifier les paramètres de votre navigateur, vous acceptez que vos cookies soient consultés.

Conseil Pratique

Conseil Pratique

Électricité... - Conseil Pratique - E.Leclerc

economies_electricite_image_w320_h248.pngÉlectricité : comment faire des économies ?

Faire des économies, limiter sa contribution au réchauffement climatique et à la dégradation des paysages : autant de bonnes raisons pour réduire sa consommation d’électricité. Revue des gestes adaptés pour concilier confort de vie et respect de l’environnement.

 

 

Pourquoi faut-il économiser de l’électricité ?

Consommer de l’électricité pour se chauffer, s’éclairer, cuisiner, se laver, faire fonctionner des appareils qui facilitent la vie, est une nécessité, mais n’est pas sans conséquences sur l’environnement.
Dépendante des ressources non renouvelables (charbon, gaz, pétrole), la production d’électricité contribue à leur épuisement. Elle participe à l’accumulation de déchets et polluants divers ainsi qu’à l’émission des gaz à effet de serre impliqués dans le réchauffement climatique.

 

Comment réduire la consommation électrique liée à l’éclairage

  • Privilégiez la lumière du jour en installant le coin à vivre, un fauteuil ou un bureau à proximité d’une fenêtre. L’éclairage naturel par le plafond (vasistas) est encore plus efficace. Sachez que plus les murs sont clairs, plus ils réfléchissent la lumière.
  • Privilégiez les lampes basse consommation (LBC), performantes en termes de consommation, de résistance et de pouvoir lumineux. D’une durée de vie jusqu’à 10 fois supérieure aux ampoules à incandescence, elles consomment 5 fois moins d’électricité.
  • Adaptez la puissance des lampes à vos besoins, dépoussiérez-les régulièrement pour profiter d’un flux lumineux optimal et pensez à éteindre la lumière dans les pièces inoccupées !
  • Au cours de son existence, une LBC vous fait gagner en moyenne 330 kWh, soit environ 33 € sur la facture d’électricité (source Ademe).

 

Comment réduire la consommation électrique des appareils ménagers

Hors chauffage et eau chaude, les appareils ménagers absorbent l’essentiel de l’électricité. Pour réduire la consommation, il suffit d’adopter de bons réflexes.

  • Réfrigérateur, lave-linge, lave-vaisselle, four électrique… : lorsque vous faites votre choix, regardez leur étiquette énergie qui situe leurs besoins. Ainsi, un appareil de classe A consomme jusqu’à 3 fois moins d’électricité qu’un classe C ; un appareil de classe A+, 20 % de moins qu’un A.
  • Dans la cuisine, optimisez l’utilisation des équipements : faites tourner votre lave-vaisselle à pleine charge, aux heures creuses, évitez le pré-rinçage, et optez pour le programme « éco ».
  • Pour les appareils de cuisson :
    -    utilisez des casseroles de diamètre adapté aux plaques et couvrez-les ;
    -    servez-vous du micro-ondes pour réchauffer plutôt que pour décongeler (à faire dans le réfrigérateur) ;
    -    évitez d’ouvrir la porte du four traditionnel quand il fonctionne et, pour un appareil à pyrolyse, programmez le nettoyage après la cuisson afin de bénéficier de la chaleur accumulée.
  • Veillez à l’entretien des équipements voués à la production du froid :
    -    nettoyez tous les ans la grille située à l’arrière du réfrigérateur ;
    -    dégivrez le congélateur tous les 6 mois (au-delà de 3 mm de givre, votre appareil consomme 30 % d’électricité en plus !) ;
    -    maintenez les températures au niveau adapté et changez les joints si nécessaire.
  • La salle de bains représente aussi des gisements d’économie.
    -    Pour le lave-linge, adoptez les principes d’utilisation du lave-vaisselle (voir plus haut). Choisissez la température la plus basse possible et, si la nature des textiles l’autorise, préférez l’essorage à grande vitesse, plus bref.
    -    Privilégiez le séchage naturel : un sèche-linge consomme 2 fois plus d’énergie qu’un lave-linge à 60 °C.
  • Les appareils de loisirs (chaîne hi-fi, téléviseur, lecteur de DVD…) restent souvent branchés 24 h/24. Or, sur un an, les veilles consomment autant qu’un réfrigérateur ! Pour couper une veille, branchez l’appareil concerné sur une multiprise à interrupteur. Quant aux ordinateurs, programmez le déclenchement rapide de l’économiseur d’énergie.

 

Comment réduire la consommation de chauffage

  • Pour faire la chasse au gaspillage, limitez la température :

-    19 °C dans le séjour et 17 °C dans les chambres ;
-    1 °C de moins, c’est un pull en plus, mais cela représente 7 % de consommation économisée ;
-    La nuit, fermez rideaux et volets pour éviter les pertes de chaleur.

  • N’hésitez pas à gérer quotidiennement la température en baissant le chauffage le matin et en le coupant en cas d’absence prolongée. L’idéal ? Un thermostat d’ambiance qui maintient les lieux à température constante. Assorti d’une programmation, il baisse la température aux moments où les besoins sont moins importants, avec une économie de 10 à 20 % à la clé.
  • En cas de chaleur, il est tentant de recourir à la climatisation. Mais ces appareils sont de grands consommateurs d’énergie et rejettent des fluides frigorigènes, responsables de près de 6 % des émissions de gaz à effet de serre enregistrées en France. Multipliez plutôt les protections solaires : volets, persiennes, stores, pare-soleil…
  • Empêcher la chaleur de s’échapper est une façon économique de se chauffer : réalisée avec soin et associée à une ventilation efficace, l’isolation d’un logement peut réduire la consommation par 3. Joints d’étanchéité des fenêtres, rideaux sont aussi très utiles pour bien isoler.
  • Réglez le thermostat du chauffe-eau pour éviter d’avoir une eau brûlante (vous préviendrez aussi l’entartrage précoce des canalisations).
  • Bois, solaire, éolien, géothermie…, les énergies renouvelables constituent peut-être la solution idéale pour chauffer votre maison. Par exemple, le chauffe-eau solaire couvre de 40 à 100 % des besoins selon l’emplacement des capteurs et la région. Il se rentabilise assez facilement sans rejet de gaz à effet de serre.