Alerte
0/ 0
Guide d'achat

Guide d'achat

Détecteurs... - Guide d'achat - E.Leclerc
detecteurs_de_fumee_image_w320_h248.png

Détecteurs de monoxyde de carbone et de fumée : comment bien les choisir ?

Dès 2015, tous les foyers devront être équipés de détecteurs de fumée. Quant aux détecteurs de monoxyde de carbone, eux aussi peuvent être bien utiles et vous sauver la vie. Comment choisir ces équipements de sécurité ? Voici nos conseils. 

 
 

À quoi servent les détecteurs-avertisseurs autonomes de fumée (DAAF) ?

À vous avertir, à l'aide d'un signal sonore, si un incendie se déclenche chez vous pendant votre sommeil (ce qui est le cas dans 70 % des sinistres) et éviter ainsi les risques d'asphyxie. Le décret n°2011-36 relatif à la loi dite « loi Morange et Meslot » stipule que chaque habitation devra être équipée d'un DAAF (Détecteur-avertisseur autonome de fumée) au 1er janvier 2015. C'est l'occupant des lieux qui devra se charger de l'achat (sauf dans le cas de locations saisonnières, c'est alors au propriétaire que ce devoir incombe).
Bon à savoir : d'ici 2015, l'installation d'un DAAF peut faire baisser votre cotisation assurance incendie, sous certaines conditions et auprès de certaines compagnies. Renseignez-vous auprès de votre assureur. Après 2015, l'assureur pourra refuser de vous assurer si votre domicile n'est pas équipé.

 

Quelles sont les normes de sécurité des DAAF (détecteur-avertisseur autonome de fumée) ?

Votre DAAF devra être conforme à la norme européenne EN 14 604. Il portera alors le logo CE, obligatoire depuis 2007 :
- la durée de vie de la pile doit être au moins d'un an ;
- l'avertisseur doit être suffisamment puissant pour réveiller une personne endormie et différent du signal de fin de vie de la pile (celui-ci doit être émis pendant 30 jours minimum et, même lorsque la pile est faible, l'avertisseur doit pouvoir fonctionner pendant 4 minutes) ;
- certaines indications (nom du fabricant, explications simples d'utilisation, par exemple) doivent être inscrites de façon indélébile sur le boîtier ;
- les DAAF doivent pouvoir être interconnectés entre eux.

Il pourra également être certifié NF, ce qui apporte des garanties supplémentaires :
- le système de détection de fumée sera optique (certains produits certifiés CE fonctionnent avec un système de détection ionique et donc radioactif : ils sont autorisés dans certains pays européens mais interdits en France) ;
- le DAAF est livré avec une notice d'explication et d'installation claire, rédigée en français ;
- il est également livré avec sa ou ses piles ;
- l'alarme doit émettre un son d'au moins 85 décibels.

 

L’alimentation des DAAF ?

Vous pouvez choisir entre des piles alcalines dont la durée de vie doit être au minimum d'un an, et des piles au lithium qui peuvent durer jusqu'à 10 ans. Attention, la plupart du temps, lorsque la durée de vie de la pile est aussi longue, c'est l'appareil que l'on doit changer, autant donc se contenter d'une pile dont la durée de vie est de 5 ans.

 

Où installer votre DAAF ?

Si la loi n'oblige qu'à un détecteur-avertisseur de fumée par habitation, il est recommandé d'en installer au moins un par étage dans les pavillons de plusieurs étages et, au mieux, un par pièce. Ils peuvent alors être connectés entre eux, ce qui est pratique si le feu prend dans la salle à manger par exemple et que vous êtes dans votre chambre. La connexion peut se faire de façon filaire ou par signal radio.
Quoiqu'il en soit, le DAAF ne doit pas être placé à proximité d'une source de fumée (cuisine, cheminée), ni près d'un système de ventilation, ni dans une pièce humide.

 

À quoi sert un détecteur de monoxyde de carbone ?

Le détecteur de monoxyde de carbone (CO) est un appareil indispensable lorsque l'on possède des appareils de chauffage à flamme, qu'ils fonctionnent au pétrole, au bois, au charbon, au gaz ou au fuel. En effet, le CO est produit lors d'une mauvaise combustion. Or, ce gaz inodore et incolore est extrêmement toxique et des accidents ont lieu chaque année à cause de chauffages défectueux ou utilisés dans des endroits mal aérés. C'est pourquoi il est important de se doter d'un détecteur-avertisseur de monoxyde de carbone qui réagit à la présence de gaz et déclenche une alarme sonore dès que le niveau dépasse un certain seuil.

 

Les normes de sécurité d’un détecteur de monoxyde de carbone

Pour choisir votre appareil de détection de monoxyde de carbone, fiez-vous à la norme européenne EN 50291:2010. Elle vous garantit notamment la sensibilité de l'appareil, c'est-à-dire les seuils au-delà desquels il donnera l'alerte et dans quels délais : lorsque la proportion de CO atteint 50 ppm (50 g de CO par tonne d'air), il devra réagir dans un temps compris entre 40 et 90 minutes, lorsque cette proportion passe à 100 ppm, entre 10 et 40 minutes, et si elle est supérieure ou égale à 300 ppm, en moins de 3 minutes.

Cette norme définit également deux types de dispositif :
• Type A. L'alarme déclenchée est sonore (une sirène produisant un son de 85 décibels), visuelle et  entraîne également une « action d'exécution » vers un autre dispositif auquel elle est reliée. Par exemple, une ventilation automatique de la pièce ou un système d'alerte vers un centre d'urgence.
• Type B. L'alarme est uniquement sonore et visuelle.

 

L’alimentation du détecteur de monoxyde de carbone

Le plus simple est de choisir un appareil fonctionnant à piles, ainsi vous pourrez l'installer où bon vous semble sans tenir compte de la localisation des prises de courant. En revanche, si vous choisissez des piles alcalines, elles devront être changées tous les ans environ alors que les piles au lithium pourront durer jusqu'à 5 ans, voire plus.

 

Les options d’un détecteur de monoxyde de carbone

  • L'afficheur LCD permet de vérifier en continu le niveau de concentration de monoxyde de carbone, certains gardent en mémoires les niveaux les plus hauts atteints. Une bonne indication pour savoir si les appareils de chauffage fonctionnent bien et si l'aération est suffisante.
  • L'alerte sonore de pile faible vous avertit lorsqu'il faut changer les piles (utile surtout lorsque vous avez opté pour un modèle à piles alcalines)
  • Le bouton test permet de vérifier le bon fonctionnement de l'appareil.

 

Où installer son détecteur de monoxyde de carbone ?

- En hauteur (au moins 1, 80 m) car le CO, plus léger que l'air, monte ;
- À au moins 2 m des appareils de chauffage ou de cuisson ;
- Dans les pièces contenant les appareils de chauffages et dans les chambres ;
- Evitez d'installer votre appareil dans un lieu trop humide, trop chaud (température supérieure à 40 °C) ou  trop poussiéreux.