Alerte
0/ 0

Utilisation des cookies

Ce site peut-être amené à consulter les cookies stockés sur votre terminal pour améliorer votre expérience utilisateur.
En poursuivant votre navigation sans modifier les paramètres de votre navigateur, vous acceptez que vos cookies soient consultés.

Le saviez-vous ?

Le saviez-vous ?

Épiphanie... - Le saviez-vous ? - E.Leclerc

Épiphanie : quelle est l’origine de la galette des rois ?galette-des-rois_image_w320_h248.png

 

Le premier dimanche de janvier, la galette s’invite à notre table pour fêter l’Épiphanie. Mais d’où vient cette tradition et à quoi ressemble une « vraie » galette des rois ?

 

 

Galette des rois : un peu d’histoire

La galette viendrait des fêtes dédiées au dieu Dionysos en Grèce antique et/ou des saturnales romaines, c’est-à-dire des fêtes se déroulant aux alentours du solstice d’hiver (nuit la plus longue). Pendant ces festivités, tout était permis pour célébrer le prochain retour de la lumière. À Rome, on tirait notamment au sort le roi de ces journées particulières.
Au VIe siècle après Jésus-Christ, les chrétiens ont repris cette tradition pour marquer l’Épiphanie, c’est-à-dire la présentation de Jésus aux Rois mages. La fête a donc lieu quinze jours après la naissance du Christ, soit le 6 janvier. Mais comme ce jour n’est pas férié, c’est le premier dimanche de janvier qui a été choisi.
La tradition romaine de tirer au sort le roi des saturnales se transforme au Moyen Âge : on glisse désormais une fève (légume) dans le gâteau des rois et celui qui la trouve porte la couronne. Ce n’est qu’au XVIIIe siècle que les premières fèves de porcelaine seront fabriquées.

 

Les différentes galettes des rois

À Rome, on préparait pour l’occasion un pain des rois. Au Moyen Âge, ce pain devient un gâteau rond. Encore aujourd’hui, dans le sud de la France, le gâteau des rois prend la forme d’une brioche en forme de couronne, recouverte de fruits confits et de sucre, parfumée à la fleur d’oranger.
La galette ronde, dorée, en pâte feuilletée et fourrée de frangipane apparaît, elle, à la cour de Louis XIII. On l’appelle la « Parisienne ».
Dans la région de Besançon, la galette est en pâte feuilletée, sèche et recouverte de sucre.
Aujourd’hui, les pâtissiers rivalisent pour renouveler la tradition. Vous trouverez ainsi des galettes fourrées à la compote (pomme ou poire), au chocolat, à la frangipane, parfois même aromatisée à la pistache. Et on la déguste pendant tout le mois de janvier !