Alerte
0/ 0

Utilisation des cookies

Ce site peut-être amené à consulter les cookies stockés sur votre terminal pour améliorer votre expérience utilisateur.
En poursuivant votre navigation sans modifier les paramètres de votre navigateur, vous acceptez que vos cookies soient consultés.

image-9
- E.Leclerc

Qu’est-ce que l’agriculture biologique ? Agriculture-bio-texte.jpg

 

Respectueuse de l’environnement, l’agriculture biologique est soumise à des règles strictes. Les cahiers des charges qui la régissent présentent quelques différences d’une famille de produits à l’autre. Voici les points essentiels pour s’y retrouver. 

 

En quoi un fruit, un légume ou une céréale bio sont-ils différents de leurs équivalents « classiques » ?

Un fruit, un légume ou une céréale bio a été cultivé sans produits chimiques de synthèse et sans OGM. Avant de passer en agriculture biologique, un agriculteur doit laisser reposer le sol pendant une période qui peut aller jusqu’à 3 ans en fonction du mode de culture précédant. 

 

Qu’apporte l’élevage bio pour nos produits frais ?

En élevage bio, l’accent est mis sur le bien-être animal repose sur plusieurs principes :

- des conditions d'élevage meilleures : la taille des élevages est limitée. Tous les animaux ont accès à l'extérieur et, à l'intérieur, ils disposent de suffisamment d'espace pour se mouvoir librement. Le sol y est recouvert de paille pour plus de confort ;

- une alimentation saine : les animaux sont nourris avec des aliments bio, sans OGM, produits sur l'exploitation ou en coopération avec des agriculteurs de la région ;

- le traitement des maladies : la prévention des maladies et le traitement par homéopathie  et phytothérapie sont utilisés en priorité. Certains médicaments sont autorisés, avec un nombre de traitements annuels limités, et un délai d'attente avant commercialisation doublé par rapport aux obligations légales.

 

Comment un produit transformé peut-il être bio ?

Si vous achetez des pâtes, des gâteaux ou du muesli bio, ils doivent porter un label AB ou un label Bio européen. Cela certifie qu’ils contiennent au moins 95 % d’ingrédients issus de l’agriculture biologique. Les 5 % restants sont constitués d’éléments autorisés par le cahier des charges de l’organisme certificateur et qui n’existent pas en bio. En revanche, il ne peut s’agir ni de colorants, d’exhausteurs de goût ou d’arômes chimiques de synthèse, interdits dans la filière.