Alerte
0/ 0

Utilisation des cookies

Ce site peut-être amené à consulter les cookies stockés sur votre terminal pour améliorer votre expérience utilisateur.
En poursuivant votre navigation sans modifier les paramètres de votre navigateur, vous acceptez que vos cookies soient consultés.

Conseil Pratique

Conseil Pratique

Faire son compost - Conseil Pratique - E.Leclerc CHINON

compost_leclerc_image_w320_h248.pngFaire son compost soi-même

Réduire ses déchets ménagers et obtenir un engrais naturel pour son jardin ou ses jardinières, c'est tout l'intérêt du compost fait maison. Voici nos conseils pour réussir le vôtre. 

 

 

Composter, en quoi cela consiste ? 

Composter, c'est transformer les déchets organiques de tous les jours (restes de repas, résidus de tonte, etc.) en matière utile pour le jardin.

Le compostage reproduit un phénomène qui se déroule en permanence dans la nature : les déchets organiques se décomposent et forment petit à petit l'humus, une matière noire indispensable à la croissance des végétaux.

 

Pourquoi composter ? 

Apporter du compost à la terre permet de l’aérer et de la rendre plus perméable à l'eau. Le compost lui fournit une flore microbienne qui facilite l'absorption des matières nutritives par les racines des plantes. 

De plus, composter permet de réduire le contenu de nos poubelles, un geste utile pour l'environnement ! 

 

Quel bac à compost ? 

Pour composter, il vous faut un bac à compost. Il peut être en bois, en plastique ou en métal et peut contenir jusqu'à 1 000 litres. Il en existe de trois sortes : 
  • Les vermicomposteurs (boîte à compost fermée contenant des vers de terre), parfaits pour les appartements, car ils ne contiennent que quelques dizaines de litres. Ils sont équipés d'un petit robinet pour récupérer le jus, ou « thé » de compost, rejeté par les vers, qui pourra servir d'engrais. Ils ne demandent aucun entretien : les vers font tout le travail ;
  • Les fûts à compost sont équipés d'un couvercle simplement posé qui permet l'aération et d'une sorte de porte dans la partie basse pour accéder au compost mûr ;
  • Les silos à compost sont à placer dans le jardin, il s'agit de bacs sans fond. Il est conseillé d'en avoir deux ou trois afin de pouvoir transvaser tous les deux mois environ le compost mûrissant dans un autre bac.
  • Quelque soit le modèle pour lequel vous opterez, le mieux est de le choisir avec la marque NF-Environnement « composteur individuel de jardin ».  

 

Où placer son bac à compost ? 

Contrairement à ce que l'on croit, un compost « sain » - qui n’a donc pas pourri à cause de trop d’humidification -  ne sent pas mauvais. À la fin, il doit même exhaler un parfum de sous-bois. Vous pouvez donc laisser le bac à compost sur votre balcon ou dans votre jardin sans incommoder les voisins. Vous pouvez même laisser un vermicomposteur dans la cuisine.  
 

Que mettre dans son bac à compost ? 

- Vous pourrez jeter dans le bac à compost la plupart de vos déchets organiques : épluchures, fruits pourris, coquilles d'œuf, croûtes de fromages, restes de viandes, marc de café, sachets de thé usés, fleurs fanées, papier journal (mais pas le journal tout entier), etc. Les plus durs comme les branches ou les écorces d'arbres devront être broyés auparavant.
- Il est recommandé de mélanger les différentes familles de déchets afin d'équilibrer les apports : déchets humides (marc de café, fruits ou légumes abîmés, épluchures) et déchets secs (sciure de bois, carton, écorces), déchets plutôt carbonés (copeaux, reste de taille de végétaux...) et déchets azotés (déchets de cuisine), déchets grossiers et déchets fins. 
 
 

Aérer le compost 

  •  Pour que le compostage puisse se faire dans de bonnes conditions, le tas doit être bien aéré afin de favoriser la circulation d'oxygène dont auront besoin les micro-organismes (champignons, bactéries) et les macro-organismes (vers, cloportes, insectes, acariens...) pour transformer les déchets en humus. 
  •  Il ne doit pas être trop humide sinon les matières se dégradent sans se composter ce qui entraîne des odeurs incommodantes, ni trop sec car alors le processus est arrêté. C'est pourquoi mieux vaut surveiller régulièrement son bac à compost, le remuer, selon son volume à l'aide d'une fourche ou d'un aérateur (une tige équipée d'un côté d'une poignée et de l'autre de petites pales), augmenter ou réduire certains déchets en fonction de ce que vous aurez observé et arroser s'il est trop sec ou mettre au soleil s'il est trop humide. 
 

À ne pas mettre dans son bac à compost

Les métaux, les verres, les plastiques, les déjections animales, les couches culottes, les végétaux malades (qui risqueraient de contaminer le compost), les produits chimiques et tous les bois traités chimiquement. Pour ce qui est des restes de viandes, mieux vaut les placer au centre du compost et non pas sur le dessus. Quant aux déchets longs à se dégrader (fibres de bois, trognons de chou-fleur, coquilles d'œuf), ils permettent l'aération du compost. 
 

Que faire de son compost ? 

Au bout de quatre à huit mois, votre compost est mûr. Comment le savoir ? Il est d'une couleur très foncée, d'aspect homogène et dégage une odeur de forêt. Il est prêt alors à être utilisé sur vos plantations pour favoriser leur développement.