Alerte
0/ 0
la-sante-7
libérez-vous du stress - E.Leclerc FOUESNANT / PLEUVEN

320x248_femmes plantes.pngLibérez-vous du stress

Emploi du temps chronométré ne supportant aucun aléa, rythme de travail plutôt soutenu, examens scolaires, événements ou conditions environnementales, sociétales, familiales, professionnelles "stressantes"… Femmes, hommes, enfants, adolescents… nous sommes tous soumis au stress. Mais, loin des idées reçues, le stress n’est ni bon, ni mauvais. Par contre, lorsqu’il devient trop intense ou qu’il perdure, il peut engendrer de nombreux troubles tant sur le plan de la santé que sur le plan relationnel. Hygiène de vie, phytothérapie, nutrithérapie, aromathérapie… Pour prévenir le stress et conserver l’équilibre, suivez les conseils de nos Docteurs en Pharmacie.

 

Le stress,il en faut mais pas trop !

Terme anglo-saxon dérivé du latin « stringere » (étreindre, serrer), le stress est un phénomène normal et vital. Il s’agit d’une réaction de défense naturelle de l’organisme qui nous pousse à réagir et agir face à un événement ou une agression. Sans ce syndrome d’adaptation, point de survie et d’évolution.

Quelle que soit l'origine ou la nature du facteur déclenchant, le stress suit toujours le même processus :

1. La phase d’alerte  durant laquelle, il se produit une série de réactions en chaîne aboutissant à la production des hormones du stress : cortisol, adrénaline…

2 La phase d’adaptation : L’organisme possède des moyens de régulation interne (hormones et neurotransmetteurs délivrés par le système parasympathique), qui lui permettent de rétablir l’équilibre. Le rythme cardiaque redevient normal et la respiration plus calme, la digestion se réactive…

 

Lorsque les facteurs de stress sont trop intenses, perdurent, se renouvellent trop fréquemment... l’équilibre va se rompre. Le risque est de voir s’installer à terme un stress chronique, épuisant l’organisme et favorisant l’apparition de nombreux troubles. 

 

Un peu d’histoire

C’est grâce aux études menées au XXe siècle par le Dr Hans Selye, endocrinologue, que les mécanismes biologiques et hormonaux ont pu être mis à jour. 

En PHASE D’ALERTE, le système nerveux sympathique (système réflexe indépendant de la volonté) déclenche un processus en vue de nous préparer à l’action.

A la base du cerveau, l’hypothalamus libère de la corticolibérine activant notamment la sécrétion d’hormone corticotrope par l’hypophyse. A son tour, cette hormone stimule l’activité des GLANDES SURRÉNALES. Celles-ci sécrètent alors les HORMONES DU STRESS qui vont se diffuser dans l’organisme MODIFIANT LE FONCTIONNEMENT DES ORGANES : 

Accélération du rythme cardiaque et de la respiration, Rougissement, Transpiration, Pause de la digestion, dilatation des pupilles, tensions musculaires...

 

Tous inégaux face au stress

Nous présentons tous un seuil de vulnérabilité qui nous est propre. Ceci tient pour beaucoup à notre personnalité, éducation, voire même à notre patrimoine génétique ! Par exemple, face à une même situation (rendre un devoir ou un dossier, se présenter à un entretien, déménager, se marier…), une personne ayant tendance à être anxieuse aura un niveau de stress plus élevé qu’une personne sereine.

Notre réaction est donc en partie conditionnée par la perception que nous pouvons avoir d’un événement et de l’importance que nous lui accordons. Le phénomène est d’autant plus marqué que les facteurs de stress ont "muté" et se sont multipliés au fil de l’évolution. Ainsi aux côtés de situations représentant un réel danger physique et des facteurs tels que des conditions environnementales ou émotionnelles particulières (accidents, froid, bruit, divorce, séparation…), un simple embouteillage, la difficulté à résoudre un problème, la multiplication des appels téléphoniques ou des courriers électroniques, un "bug" informatique… peuvent déclencher un stress important.

 

Il est possible de gérer son stress en apprenant à mieux vous connaître :

• Tout d’abord, repérez les signaux d’alarme. Propres à chacun, ils peuvent être d’ordre physique (sensations d’oppression au niveau de la poitrine, transpiration, rougissement, démangeaisons inexpliquées, tensions musculaires, gorge nouée, boule à l’estomac…), neuropsychologique (difficulté de concentration, trous de mémoire…) ou comportemental (besoin de grignoter, fumer, se ronger les ongles…).

• Ensuite, essayez d’identifier les événements qui selon vous sont à l’origine de ces troubles.

• Enfin prenez du recul, tirez profit de vos "mauvaises" expériences et réajustez votre comportement. Au besoin, faites-vous aider par un professionnel (coach, psychologue…)

 

 

Ne pas confondre stress et...

• Surmenage : état dû à un exercice prolongé au-delà des limites physiques ou intellectuelles, acceptables par l’organisme.

• Anxiété : état mental d'une personne généralement inquiète. Si l'anxiété est une réaction normale et utile, elle peut prendre un caractère pathologique, on parle alors de troubles anxieux.

• Dépression : maladie psychique, se caractérisant par des perturbations de l'humeur et une vision pessimiste du monde et de soi-même, persistant dans le temps. Ces états peuvent se développer indépendamment du stress, toutefois ce dernier peut les aggraver

 

Astuce : Quand le stress monte, ayez les bons réflexes :

Inspirez lentement et profondément par le nez, en gonflant le ventre, puis en expirant. Cet exercice respiratoire à effectuer une dizaine de fois de suite vous permettra de vous calmer.

En complément, pensez aux produits de secours à base d’huiles essentielles dont les propriétés apaisantes et relaxantes aident à faire face aux coups de stress et aux émotions fortes. Existant sous forme de mini spray ou roller ou encore en pastilles, ils vous suivent partout. Pratiques et efficaces en cas d’urgence.

Nos combats

Avec 245 parapharmacies qui pratiquent des prix E.Leclerc, c’est plus facile et moins cher de prendre soin de sa santé.